Romans

The Girls – Emma Cline

Dans la chaleur étouffante de la Californie de la fin des années 1960, une adolescente mal dans sa peau souffre de la solitude. C’est elle qui nous raconte son histoire, elle avec quelques années de plus. Elle, souffrant toujours de la solitude. Dans le silence bientôt brisé d’une maison vide, une maison qui ne lui appartient pas, Evie, adulte, se souvient. Elle se souvient de ses 14 ans. Elle se souvient de ces quelques mois qui ont tout changé.

Ses parents sont divorcés et délaissent l’adolescente en quête d’attention. Cette-dernière passe tout son temps avec sa meilleure amie, mais elles se disputent. Et Evie se retrouve seule. Sa rencontre avec Suzanne, une jeune femme de 19 ans au sourire mystérieux, bouleverse l’adolescente. Elle ne la connait pas, et pourtant elle fait tout pour qu’elle la remarque. C’est le début d’une étrange relation que la Evie adulte ne parvient toujours pas à expliquer. C’est aussi le début d’une expérience au cœur du mal, au cœur de ce qu’il y a de plus sombre en l’homme. Une expérience dont on ne sort pas indemne. Evie Boyd se laisse emporter par Suzanne et d’autres filles dans une maison délabrée, où les règles sociales ne sont pas les mêmes qu’ailleurs. Elle se sent libre mais ce qui la ravit le plus est le fait de rester près de Suzanne. Tout ce que fait, tout ce que pense Evie tourne autour de Suzanne. Et l’adolescente sera prête à tout pour lui plaire. Elle sera prête à obéir à Russel, le maître-dieu de ce groupe que Evie intègre. Avec Russel, avec Suzanne, avec ce groupe, cette secte, Evie perd ce qui lui restait d’enfance. On sent encore la fragilité de la Evie adulte qui raconte cette histoire. Elle n’a pas tout à fait quitté le mal être de son adolescence.

Emma Cline nous donne à voir la vie dans une secte (inspirée de celle de Charles Manson) à travers les yeux d’une adolescente. Pour Evie Boyd, ce n’était pas une secte, mais une famille, composée en grande partie par des jeunes femmes. C’est donc à la fois le passage de l’enfance à l’adolescence et l’entrée dans une secte qui nous sont décrits par une Evie désormais adulte. Pourtant, des zones d’ombre subsistent, même des années plus tard, nous montrant que l’on ne connaît jamais tout à fait les personnes qui nous entourent. The Girls, ce sont aussi des portraits de femmes, de jeunes femmes, d’adolescentes de la fin des années 1960. Ces années qui évoquent le mouvement hippie, sont aussi des années où la place des femmes oscille entre libération et conservatisme. Les femmes et jeunes femmes de ce roman se cherchent, se demandent qui elles sont, ce qu’elles aiment, qui elles aiment, et pourquoi. Tout cela, Emma Cline nous le raconte en mettant en place un climat malsain, pervers, et le lecteur se sent parfois voyeur en lisant des passages sombres et cruels. Le plaisir de la lecture se conjugue avec le dégoût ressenti envers les scènes décrites. On étouffe de cette chaleur moite de la Californie qui semble se dégager de ces pages. Et on finit en se disant que c’est un bon roman. Non, plus que ça. Que c’est un très bon roman, un premier roman magistral dont les sentiments qu’il nous a provoqués ne sont pas sans rappeler certains livres de Joyce Carol Oates.

The Girls Emma Cline

“On voulait certaines choses et on ne pouvait pas s’en empêcher car au réveil, on se retrouvait face à sa vie, face à soi-même, et comment se dire que ce qu’on veut est mal ?” (p.261)

A lire aussi : Rencontre avec Emma Cline (The Girls)

D’autres romans de la Rentrée littéraire 2016 : Continuer – Laurent Mauvignier ; Petit Pays – Gaël Faye

Enregistrer

Publicités

14 réflexions au sujet de « The Girls – Emma Cline »

  1. Je pense que tu connais déjà l’amour que j’ai pour ce livre, je suis trop contente qu’il t’ai plu également. J’ai ressenti la même chose en le terminant, c’est vraiment un premier roman incroyable, j’ai hâte de voir ce que l’auteure va sortir après ça, je lui accorde déjà une confiance aveugle.

    Aimé par 1 personne

    1. Je n’avais pas lu ta chronique avant d’écrire la mienne (et du coup je vais aller la lire) mais oui j’avais vu sur les réseaux sociaux que tu avais aimé ! On pense la même chose sur ce roman. Comme toi, j’ai hâte de savoir quel sera le prochain roman d’Emma Cline !

      J'aime

  2. Décidément tout le monde en parle et j’ai vraiment envie de le découvrir maintenant ! Surtout quand deux de mes copinautes préférés en font l’éloge, alors qu’on a plein de goûts en commun :p
    Dernier dilemne : est-ce que je l’achète en Français ou en Anglais ?!

    J'aime

    1. C’est vrai qu’il y a un côté fascinant dans cette histoire et dans la manière dont Emma Cline la raconte : on veut savoir la suite, lire, lire et lire, et en même il y a des aspects qui nous dégoûtent mais ne nous empêchent pas de tourner les pages. J’espère que tu auras bientôt l’occasion de lire ce roman !

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s