Visites et rencontres

Rencontre avec Emma Cline (The Girls)

img_20160923_190632640_hdr-2

Le vendredi 23 septembre 2016 avait lieu une rencontre avec Emma Cline dans la librairie Gallimard à Paris. Je vous le disais cette semaine, j’ai adoré son roman The Girls. Alors j’ai profité de l’occasion pour la rencontrer et l’écouter parler de son roman. Beaucoup de lecteurs s’étaient aussi déplacés et nous étions assez nombreux dans la librairie.

On devine rapidement que la romancière n’est pas habituée à être photographiée et à être l’objet de tant d’attention. Mais le plaisir qu’elle prend à rencontrer ses lecteurs se ressent aussi. Emma Cline, 27 ans, est originaire de Californie, où l’affaire Manson a fortement marqué les esprits. Une affaire qui serait ancrée dans la mythologie californienne selon l’auteur, comme si le sang des victimes avait imprégné la terre de cet État américain. Emma Cline s’intéresse depuis longtemps à la secte de Manson, et en particulier à ces jeunes femmes qui ont été capables du pire. Néanmoins, l’affaire Manson n’est pas le point principal de son roman. L’auteur l’utilise comme un symbole en transformant la violence physique de la tuerie en une violence émotionnelle, psychologique, ressentie par le personnage principal, Evie. La violence meurtrière disparaît derrière la violence psychologique de l’adolescence. Car c’est bien là l’objet de ce roman : la complexité de l’adolescence. La violence des sentiments des adolescents mais aussi leur vulnérabilité et leur fragilité. Emma Cline a voulu parler de l’adolescence avec sérieux et sans cliché. A travers Evie, elle décrit cette quête d’attention qui touche les adolescents : ils veulent être vus, être aimés. Une quête qui peut les mener à commettre le pire, l’irréparable, sans penser aux conséquences de leurs actes. C’est ce qui arrive à Evie, prête à tout pour attirer l’attention de Suzanne, sur qui elle projette ses fantasmes. Suzanne, personnage énigmatique à travers lequel la romancière traite de la violence féminine. On apprend aux femmes, dès leur plus jeune âge, à agir envers les autres avec douceur, et c’est ainsi contre elles-mêmes qu’elles retournent leur violence (Emma Cline évoque alors la scarification et l’anorexie par exemple). En témoignent l’étonnement et la surprise qui secouent l’opinion lorsque des femmes font preuve d’une violence meurtrière, comme les filles de Russel dans le roman. Au fond, ce malaise ressenti par les adolescentes et les femmes n’a pas changé depuis les années 1960. C’est ce qu’Emma Cline a voulu montrer avec le personnage de Sasha, adolescente de 16 ans avec laquelle Evie, bien des années après son passage dans la secte de Russel, passe un peu de temps. Sasha ressemble à la Evie adolescente : elle veut être vue, elle veut être aimée, et est prête à tout pour attirer l’attention de son petit ami. Rien n’a changé … En écrivant son roman, l’auteur s’attendait à ce qu’il soit lu en majorité par des lecteurs adultes, même si elle ne le destinait pas à un lectorat en particulier. Mais elle affirme avoir eu des retours de la part d’adolescents qui ont été touchés par l’histoire d’Evie.

Si le roman a marqué les lecteurs, il a aussi plu à des producteurs. Les droits ont en effet été achetés pour adapter l’histoire d’Evie à l’écran. On a proposé à Emma Cline d’écrire le script mais elle a décliné l’offre, parce que pour elle : « C’est fini ! ». C’est qu’elle a passé 3 ans à écrire The Girls, dont les deux derniers mois d’écriture intensive ont été consacrés aux passages les plus violents et les plus éprouvants. Elle a d’ailleurs d’autres projets. Elle a écrit un recueil de nouvelles et prépare un nouveau roman dont elle n’a pas voulu révéler le sujet.

Lorsqu’on lui demande si elle a lu Confessions d’un gang de filles de Joyce Carol Oates, Emma Cline répond à la négative (mais promet qu’elle le lira). Elle a toutefois lu, de Joyce Carol Oates, le recueil de nouvelles Where Are You Going, Where Have You Been? C’est d’ailleurs de cette lecture qu’elle a retenu le prénom Connie, qu’elle donne à l’un des personnages de The Girls.

Quant à son succès, Emma Cline préfère le vivre avec une certaine distance. Pour elle, le meilleur moment de cette aventure reste l’instant où elle a mis un point final au premier jet de son roman.

J’espère que ce compte-rendu vous a plu. Avez-vous déjà assisté à des rencontres avec des auteurs ?

(Je suis désolée pour la mauvaise qualité de la photo. Je n’avais pas mon appareil photo et j’ai dû me contenter de mon téléphone.)

Publicités

12 réflexions au sujet de « Rencontre avec Emma Cline (The Girls) »

  1. Un très bel article (et aussi une très belle photo 🙂 ).
    Tu as vraiment eu de la chance d’avoir pu la rencontrer ! Ça a dû être très intéressant 😉
    Je n’ai toujours pas lu son roman ( et pourtant, ce n’est pas l’envie qui manque !!) , j’irai l’acheter dés que j’en aurai l’occasion ! 😀

    J'aime

  2. Merci de rapporter ces propos pour ceux (comme moi 😥 ) qui n’ont pas pu participer à la rencontre ! Les mots d’Emma Cline viennent renforcer certaines de mes interprétations et m’en font découvrir de nouvelles, c’est top. J’ai tellement, mais tellement hâte de voir la suite ! J’espère également que le film sera à la hauteur du roman, ça va être difficile.

    J'aime

  3. Je t’envie ! Cette rencontre a vraiment dû être très intéressante et ton retour l’est tout autant. J’aurai adoré être une petite souris.

    J’ai déjà fait une rencontre lecteur-auteur c’était il y a quelques mois avec David Foenkinos mais étant super timide ça n’a pas été simple pour moi, trouver quoi dire, ne pas rougir etc.

    J'aime

    1. Je suis comme toi, je ne peux pas m’empêcher de dire des banalités face à un auteur, comme « j’aime beaucoup ce que vous faîtes » alors que j’ai tant de choses à dire sur son livre. Mais ce sont généralement de bons souvenirs 🙂

      J'aime

  4. J’adore aussi rencontrer des auteurs ^^ J’ai lu The Girls cet été et j’ai été happée par son atmosphère.
    La façon dont Emma Cline dépeint l’adolescence est très juste et sensible – et la fascination d’Evie pour la secte et Susan bien dérangeante… Merci pour ton compte-rendu!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s