Romans

Mon rendez-vous manqué avec Et à la fois je savais que je n’étais pas magnifique de Jon Monnard

Je suis le compte Instagram de Jon Monnard depuis quelques temps et j’ai pu y suivre l’écriture de son premier roman, récemment publié. J’étais impatiente de le lire, surtout après avoir lu des retours de lecteurs enthousiastes. Aussi, quand j’ai vu que Et à la fois je savais que je n’étais pas magnifique était disponible dans la liste Masse Critique de Babelio, je n’ai pas hésité et ai demandé à la recevoir. Et à peine était-il arrivé que je plongeai dans les pages de ce roman. Et ce ne fut malheureusement par le coup de coeur que j’aurais aimé avoir.

Ça ne se commande pas. On peut être dans les meilleures dispositions du monde, on peut vouloir à tout prix aimer un roman, et au final se dire que non, on n’y arrive pas. Et il est alors d’autant plus difficile d’écrire son avis.

Mais commençons par le début. Pourquoi avoir voulu lire ce roman ? Le fait que je suive les aventures de l’auteur sur Instagram a bien sûr joué. Mais ce n’est pas l’unique raison. J’étais intriguée par le titre, jolie référence à Gatsby le Magnifique, et donc prometteur. La négation dans ce titre invite à s’interroger : pourquoi le héros (car on le soupçonne d’être celui qui prononce cette phrase) dit cela ? La quatrième de couverture apporte un début de réponse et donne envie d’aller plus loin. On y apprend que le roman raconte l’histoire de Coska, un jeune étudiant en art, qui gagne un prix d’écriture organisé par une maison de haute couture et se retrouve ainsi plongé dans le milieu de la mode. Dès le départ, j’ai été intéressée par le croisement de plusieurs pratiques artistiques dans un même récit : les arts graphiques, l’écriture, et le stylisme. J’avais très envie de savoir comment le héros allait vivre cette entrée dans un monde qu’il ne connait pas, et que je ne connais pas non plus. Je savais que Jon Monnard avait fait de nombreuses recherches et donc je voulais moi aussi, comme Coska, entrer dans ce monde inconnu.

Je suis entrée facilement dans le texte. Les descriptions des lieux sont maîtrisées et le lecteur peut facilement imaginer l’environnement dans lequel évolue Coska. La première partie est à la troisième personne, et le prénom du héros arrive tardivement, à la dernière page de la première partie. Il y a donc d’abord une mise à distance avec Coska, qui garde ainsi une part de mystère. Ce procédé m’a beaucoup plu. On apprend beaucoup sur le héros, sur ses difficultés à évoluer dans la société et sur son sentiment de ne pas être à sa place, tout en gardant un flou qui pousse à la curiosité, le tout savamment dosé. Autour du héros gravitent des personnages intéressants dont on devine rapidement l’importance dans le récit : le professeur Bataille et l’étudiante Apolline, la concierge de l’immeuble dans lequel vit Coska et sa fille Julia, le libraire antipathique… Ces personnages sont liés au monde de Coska, le premier, celui dans lequel il vit avant de gagner le concours d’écriture de la maison Martha Kahl.

Deuxième partie. Cette fois, le narrateur est Coska et nous entrons dans ses pensées. A un « il » énigmatique succède un « je » beaucoup moins mystérieux. Coska entre dans le milieu très fermé de la haute-couture, un milieu où les apparences comptent plus que tout. Il découvre qu’il faut mentir et boire pour réussir, et, surtout, montrer sa vie de rêve sur les réseaux sociaux. Cette fois, les personnages qui l’entourent sont moins décrits que ceux de la première partie. Et c’est là que la déception est arrivée. Je comprends que l’auteur ait voulu illustrer l’impossibilité de bien connaître les personnes dans ce milieu où l’on ne dévoile de soi que ce que l’on veut montrer. Mais ça m’a paru maladroit et pas assez fouillé. Je suis restée dans l’attente. J’avais l’impression de lire une suite de scènes dont les protagonistes me restaient étrangers, et bien que ce soit peut-être l’effet recherché, cela ne m’a pas plu. Dans cette deuxième partie, tout va très vite : les soirées se succèdent et se ressemblent toutes, le narrateur travaille peu sur son manuscrit et change très vite. Ce changement m’a paru également trop rapide. Le Coska de cette partie ne ressemble pas du tout à celui du début. Là encore, c’est un choix de l’auteur que je comprends, puisque le narrateur se laisse influencer par le milieu dans lequel il évolue désormais. Mais j’aurais aimé suivre plus en détail cette évolution. Là, j’ai eu cette impression que Coska changeait brutalement de personnalité, en une soirée.

Le roman a pourtant des thèmes qui m’intéressent. L’importance de l’apparence, liée à l’utilisation des réseaux sociaux, notamment. On retrouve également la recherche de la gloire, la volonté d’être connu, tout en ayant une existence oisive éloignée des contraintes du quotidien. On suit des personnages à la dérive, hyper connectés et complètement perdus. Mais ce qui m’intéressait au départ, le croisement de plusieurs pratiques artistiques, m’a au final paru trop peu développé : la haute-couture, l’édition, la musique, la photographie… il y en avait peut-être trop et tout cela m’a paru survolé, sans réel détail, et parfois caricatural (je pense notamment à l’éditeur de Coska).

Quand je dis que que j’aurais aimé un texte plus creusé et approfondi, ça sous-entend quelque chose de positif : si je n’avais rien aimé dans ce texte, je n’en demanderai pas plus. Malgré les critiques énoncées plus haut, je pense qu’il y a du bon dans ce roman (notamment dans la première partie). J’en attendais peut-être trop, suite aux avis positifs des lecteurs.

et à la fois je savais que je n'étais pas magnifique

 

Ce premier roman fait vivre une belle histoire à son auteur et j’en suis très heureuse pour lui. Jon Monnard partage les commentaires de ses lecteurs sur son compte Instagram, et si vous souhaitez lire une critique élogieuse de Et à la fois…, je vous invite à lire l’avis d’Amandine sur L’ivresse littéraire.

Je remercie Babelio et les éditions l’Age d’homme !

 

 

 

Publicités

11 réflexions au sujet de « Mon rendez-vous manqué avec Et à la fois je savais que je n’étais pas magnifique de Jon Monnard »

  1. Je connais ça aussi la déception, d’attendre un livre, et de vouloir l’aimer car on apprécie la personne qui l’a écrit, entre autres… et le constat malheureux de se dire que… bof, on n’accroche pas vraiment. Dommage. Mais bon, ce n’est pas pour autant que tout le monde aura cette déception et tu as le droit d’avoir ton avis. 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Les premiers romans sont toujours difficiles (même les suivants je crois xD) j’appréhende le moment de la publication lol.
    Dans tous les cas j’aime beaucoup ta chronique, ton avis est bien argumenté et tu soulèves également le positif ! Les thèmes me plaisent peut-être que je me laisserai tenter si l’occasion se présente 😀

    Aimé par 1 personne

    1. Merci ! Ton commentaire me rassure 🙂

      Tu vas découvrir ce que c’est d’être du côté auteur ! D’ailleurs il me semble que tu évoquais ta publication dans un article sur ton blog, mais je ne me souviens plus si je t’ai félicitée, donc : félicitations !!! J’ai hâte de pouvoir lire ton roman 😀

      Aimé par 1 personne

  3. Exactement tu as le droit de ressentir différemment cette lecture et tu argumentes parfaitement bien ces détails qui t’ont posé problème. Ce n’est pas toujours facile d’être capable de dire ce qui ne nous a pas plu.

    Quant à Jon, adorable comme il est, je ne doute pas qu’il n’ait pas mal pris tes remarques constructives et argumentées.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s