Valéry Giscard d’Estaing vu par Eric Roussel : itinéraire d’un président réformateur

Il y a quelques mois, quelqu’un m’a dit : “Les meilleures années, c’étaient les années Giscard !”, une lueur de nostalgie dans les yeux. En y réfléchissant, je me dis que cette nostalgie est surtout due au fait que cette personne avait vécu sa jeunesse dans les années 1970, décennie du mandat de Valéry Giscard d’Estaing (VGE). L’insouciance de la jeunesse …!

Pourquoi j’ai lu la biographie de Valéry Giscard d’Estaing

J’ai pensé à cette phrase lorsque j’ai vu la biographie de VGE présentée par Eric Roussel. C’était au Salon Histoire de lire à l’hôtel de ville de Versailles, en novembre 2018. Ce salon réunit des historiens, biographes, romanciers… J’apprécie ce salon car il y a relativement peu de visiteurs, ce qui permet aux auteurs de prendre le temps de parler avec leurs lecteurs. J’y suis allée à cinq ou six reprises, et j’ai eu l’occasion d’avoir des conversations passionnantes avec des historiens.

Si je vous raconte ça, c’est parce qu’en 2015, lors de ce salon, j’ai rencontré Eric Roussel, l’auteur de la biographie de Valéry Giscard d’Estaing. À ce moment-là, je commençais mon mémoire de Master 2 et j’ai pu discuter de mon sujet avec Eric Roussel, qui m’a proposé de me mettre en contact avec des personnes pouvant m’aider. J’ai ensuite lu deux de ses livres : la biographie de Pierre Brossolette et la biographie de François Mitterrand (pour être tout à fait honnête, je n’ai pas terminé la biographie de Mitterrand, mais c’est parce que le livre est beaucoup trop lourd pour être transporté !). Les biographies d’hommes politiques (Charles de Gaulle, Jean Monnet, Pierre Mendes-France…) d’Eric Roussel sont reconnues. L’auteur a notamment eu le prix de l’Académie des sciences morales et politiques pour l’ensemble de son oeuvre.

Lorsque j’ai vu la biographie de Valéry Giscard d’Estaing, j’ai tout de suite eu envie de la lire. Nous connaissons tous Valéry Giscard d’Estaing, et nous pouvons avoir l’impression qu’il a toujours été là (il est né en 1926 !). Évidemment, sa vie n’a pas commencé en 1974 avec son élection à la présidence de la République. S’il a surtout marqué les années 1970, il a aussi joué un rôle important à d’autres époques et à d’autres échelles.

La biographie de l’ancien président de la République écrite par Eric Roussel n’est pas une biographie officielle. L’auteur a été libre d’écrire ce qu’il souhaitait, tout en interrogeant VGE car ce-dernier a accepté de répondre à Eric Roussel au cours de quinze entretiens. Il a aussi laissé au biographe l’accès à ses archives. C’est donc un témoignage inédit que nous avons entre ces pages.

À ce moment, la caméra ne fixe pas le candidat socialiste mais la suite montre qu’il est déjà touché. Et comme il poursuit, toujours dans le même registre, en faisant ressortir la condition de tous ceux qui, selon lui, sont victimes d’une politique qui, depuis des années, privilégie la croissance au détriment des salaires, Valéry Giscard d’Estaing, soudain, explose : « Vous n’avez pas, monsieur Mitterrand, le monopole du coeur. J’ai aussi un coeur qui bat à sa cadence. » Cette fois, le candidat de la gauche est visiblement sonné et la suite du débat atteste qu’il ne trouvera pas son allant. Moment de télévision mémorable dont l’ancien chef de l’État garde un souvenir très vif : « La discussion entre nous était académique mais vive de ton. J’observai Mitterrand : il lisait un papier et, pour me contrer, énumérait les catégories malheureuses de la société française pour leur annoncer son soutien. Je l’interrompis alors en lui déniant le monopole du coeur. Il était sidéré et a reçu cela comme un coup de poing. Plus tard, il me dira : « C’est à cet instant que vous avez gagné l’élection » (p.254)

Ce que vous pourriez apprendre dans ce livre

Impossible de revenir sur toutes les étapes du parcours de Valéry Giscard d’Estaing. J’ai sélectionné pour vous quelques points qui pourraient vous intéresser.

Un arrière grand-père ministre de la IIIe de la République

Ce que j’apprécie tout particulièrement avec les biographies écrites par Eric Roussel (en tout cas celles que j’ai lues), c’est qu’il fait des recherches généalogiques pour raconter l’histoire des personnalités bien avant leur naissance. J’ai ainsi découvert que l’arrière grand-père de Valéry Giscard d’Estaing, Agénor Bardoux, avait été ministre de l’Instruction publique et des cultes de décembre 1877 à janvier 1879. Il a notamment mis en place la législation protectrice des monuments historiques. Loin d’être une simple anecdote, cet engagement politique de son arrière grand-père a eu une influence sur la pensée politique de VGE, qui tient de son aïeul son appartenance à ce que René Rémond a appelé la droite orléaniste.

De nouveau droits pour les femmes

L’une des premières mesures auxquelles on pense lorsqu’on évoque le mandat de VGE est l’autorisation de l’Interruption volontaire de grossesse (IVG). Mais d’autres mesures ont été instaurées en faveur des droits des femmes : l’égalité d’accès aux grandes écoles, le droit de percevoir directement les prestations maladie et les prestations familiales, l’amélioration du recouvrement des pensions alimentaires, entre autres.

Son engagement pour l’Union européenne

Les prochaines élections européennes arrivent à grands pas. Les citoyens des pays membres de l’UE ont élu les députés européens pour la première fois en 1979. Ce changement a été porté par Valéry Giscard d’Estaing, de même que l’instauration du Conseil européen. Acté en 1974, ce Conseil prévoyait la réunion, trois fois par an, des dirigeants des pays membres de la Communauté européenne. Depuis le début de sa carrière politique, VGE a défendu ce qui deviendra l’Union européenne. Il fut d’ailleurs nommé président de la Convention pour l’Europe en décembre 2001, avec pour objectif de réformer les institutions de l’Union européenne. Les travaux de la Convention ont abouti quelques années plus tard sous la forme du traité de Rome. Soumis au vote, le traité a été rejeté par les Français le 29 mai 2004.

Un président romancier

Outre son célèbre La princesse et le président, l’ancien président de la République a écrit plusieurs livres. L’un d’entre eux est une fiction historique : La Victoire de la Grande armée. Dans cette uchronie, VGE imagine que Napoléon ne tombe pas dans le piège posé par les Russes et revient vainqueur à Paris, prêt à s’engager pour la paix en Europe. Valéry Giscard d’Estaing est entré à l’Académie française en 2003.

Pourquoi vous devriez lire la biographie de Valéry Giscard d’Estaing

Impossible de résumer la vie de VGE dans un article. Les quelques points précédents ne sont qu’une infime partie de tout ce qu’a fait l’ancien président de la République. Comme pour chaque biographie, ce n’est pas seulement la vie d’une personnalité que nous découvrons, mais c’est toute une époque qui surgit d’entre les pages. Lire la biographie de VGE, c’est (re)-vivre le XXe siècle, c’est plonger dans ses multiples bouleversements.

Lire une biographie, c’est aussi découvrir l’homme qui se cache derrière les fonctions qu’il a exercées. Ainsi apprend-on que Valéry Giscard d’Estaing a mal vécu le fait d’être écarté par le général de Gaulle du ministère des Finances et des affaires économiques en 1966, au profit de Michel Debré. VGE l’a vécu comme une véritable rupture avec Charles de Gaulle. Mais ce qui le marquera aussi sera son départ de l’Elysée. La défaite face à Mitterrand lui est difficile à accepter, mais ce qui est peut-être plus difficile encore est d’entendre les huées et les sifflets alors qu’il quitte le palais à pied. Mais ce n’est pas une apologie de VGE que propose Eric Roussel. L’auteur aborde bien évidemment les zones d’ombre des mandatures de l’ancien président (l’affaire des diamants pour n’en citer qu’une) et questionne l’apport de son action, notamment lors du choc pétrolier de 1979.

Valéry Giscard d’Estaing est plus technicien que politicien. Considéré comme étant le meilleur économiste de son temps, il laisse volontiers son ami de toujours, Michel Poniatowski, se charger des manoeuvres politiciennes. Eric Roussel a le sens du détail et décrit minutieusement ces manoeuvres mais aussi les mesures économiques mises en place par VGE. Mais nul besoin d’être économiste ou fin politicien pour comprendre les descriptions du biographe. Le texte est aussi précis qu’accessible.

À l’heure où la méfiance envers le personnel politique est de mise, il peut sembler étrange d’encourager la lecture d’une biographie d’un ancien président de la République, mais ces biographies éclairent notre actualité et permettent de comprendre pourquoi nous entendons parfois, comme moi il y a quelques mois, des personnes confier : “Les meilleures années, c’étaient les années Giscard !”

2 commentaires sur “Valéry Giscard d’Estaing vu par Eric Roussel : itinéraire d’un président réformateur

Ajouter un commentaire

  1. Grand bien m’a pris d’aller faire un tour sur ton blog ! Je suis d’abord un peu jaloux que tu aies l’occasion d’aller au salon du livre de Versailles. Nous y sommes allés plusieurs fois avec mon épouse quand nous habitions à Chartres, et cela a toujours été un très bon moment de découverte, par la discussion avec les auteur(e)s ou lors des conférences. J’avais lu un très bon commentaire sur cette biographie, c’est une très bonne idée de parler de VGE à l’heure où le centrisme en politique est de nouveau au pouvoir (plus ou moins). Ce qui m’a frappé, c’est l’élan réformateur de VGE, notamment dans la première partie du septennat, l’attachement européen, et bien sûr l’intelligence du personnage. De mon côté, j’avais lu la biographie que lui consacrait Georges Valance (avant que ne sorte celle de Roussel) : https://evabouquine.wordpress.com/2017/10/29/georges-valance-vge-une-vie/. Au plaisir de lire d’autres chroniques de ta part. Patrice

    Aimé par 1 personne

    1. J’aime beaucoup le salon du livre de Versailles. J’y trouve toujours des livres passionnants, qui mêlent politique et histoire. Les auteurs sont toujours disponibles et prêts à entamer de vraies discussions.
      Connaître le parcours de VGE permet de mieux comprendre ce qui se passe aujourd’hui. Son intelligence m’a également impressionnée.

      Merci pour ton passage et ton commentaire. Je vais aller lire ton article sur la biographie écrite par Georges Valence !

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :