Ma participation au défi Je la lis, pour sortir de l’oubli des femmes de lettres

Lorsqu’on me demande quels sont mes écrivains préférés, les premiers qui me viennent en tête sont des hommes. Il y a Marcel Proust, évidemment, il y a Emile Zola, Jules Verne, Guy de Maupassant et la liste se poursuit, masculine. « Mais tu lis des femmes ? » me demande-t-on parfois. « Oui, bien sûr ». Mais la liste est moins longue et les noms viennent moins facilement.

La première autrice à laquelle je pense lorsqu’on me demande les femmes que j’aime lire, c’est Joyce Carol Oates. Je pense aussi à Emily Brontë, Les Hauts de Hurlevent étant l’un de mes romans préférés. J’aime beaucoup La princesse de Clèves de Madame de Lafayette. J’ai découvert Leïla Slimani et son roman Chanson douce l’année dernière. Je lis actuellement les Mémoires de la princesse Dashkoff, dame d’honneur de Catherine II (merci Steph pour ce beau cadeau ! ) Mais il y a tellement d’autres femmes qui ont écrit et qui sont tombées dans l’oubli. Que de pages non lues, que de personnages dont nous ne suivons pas les aventures, que de lignes engagées dont nous n’avons pas pris conscience de leur importance !

Lorsque je suis arrivée par hasard sur le site du défi Je la lis, j’ai tout de suite adhéré au concept. Le but est de parler des femmes de lettres, dans la grande majorité des autrices inconnues ou peu connues, et d’autres un peu plus. On peut ‘adopter’ une autrice, faire des recherches sur sa vie, lire son oeuvre, et parler d’elle sur les médias/réseaux que l’on souhaite. Il y a actuellement 209 femmes de lettres choisies et 1575 vous attendent. On peut chercher les autrices par prénom, par date d’anniversaire, par ville, ou bien au hasard. De mon côté, j’ai fait une recherche par ville, en cherchant les autrices de Prague, parce que je suis allée à Prague l’été dernier et que c’était l’occasion de retrouver la République Tchèque.

Pour ce défi Je la lis, j’ai donc choisi l’autrice Milena Jesenska. Née en 1896 à à Prague et décédée en 1944 à Ravensbrück, Milena Jesenska a été traductrice et journaliste. Ses écrits ont été oubliés et ce qu’on a retenu de Milena Jesenska est sa liaison passionnée avec Franz Kafka. Engagée politiquement, elle a résisté contre l’occupation nazie et a été arrêtée en novembre 1939.

Dès que je me suis renseignée sur Milena Jesenska, j’ai eu envie de lire ses écrits et d’en savoir plus sur sa vie. Passionnée, engagée, féministe, militante, journaliste, traductrice… Elle n’avait pas peur de s’affirmer et de s’imposer dans une société où les femmes étaient encore trop peu écoutées. Elle était plus qu’un prénom, plus que la destinataire des lettres passionnées de Kafka.

Avant de lire ses mots, j’ai écouté ceux des autres, prononcés au micro de France Culture dans une émission qui lui a été consacrée. Le portrait qui est esquissé dans cette émission m’a profondément touchée. Ce qui m’attire chez Milena Jesenska, c’est son indépendance : elle s’est battu pour rester libre, que ce soit pour se libérer des contraintes imposées par son père puis par son mari, ou pour se libérer de l’occupation nazie.

Je n’ai pas encore lu les mots de Milena Jesenska mais ça ne saurait tarder. En attendant je poursuis mes recherches sur sa vie pour vous faire un article plus détaillé sur son parcours.

Je vous encourage vivement à vous rendre sur le site du Défi « Je la lis » pour vous aussi découvrir des femmes de lettres et pour les faire connaître.

Quelle(s) autrice(s) me conseillez-vous de lire ?

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :