Album photos·Visites et rencontres

Album photos #7 – Visitons la cathédrale d’Amiens avec Marcel Proust

Après mon week-end à Saint-Valéry-sur-Somme en avril dernier, je suis passée par Amiens. Je vous ai déjà parlé de la maison de Jules Verne. Mon voyage dans le temps s’était ensuite poursuivi par la visite de la cathédrale d’Amiens. J’ai alors marché sur les pas de Marcel Proust et de John Ruskin. Tous les deux ont mis des mots sur leur visite puisque le premier a traduit l’ouvrage du second : La Bible d’Amiens.

Je vous propose de découvrir cette cathédrale avec les mots de Marcel Proust (il a décrit sa propre visite dans la préface de l’ouvrage) et mes photos.

« Vous aurez peut-être alors comme moi la chance de voir la cathédrale, qui de loin ne semble qu’en pierres, se transfigurer tout à coup, et, – le soleil traversant de l’intérieur, rendant visibles et volatilisant ses vitraux sans peintures, – tenir debout vers le ciel, entre ses piliers de pierre, de géantes et immatérielles apparitions d’or vert et de flamme. »

DSC03112DSC03110DSC03106DSC03108DSC03097DSC03095DSC03094DSC03105DSC03093DSC03087DSC03088DSC03084DSC03086DSC03092DSC03080DSC03079DSC03077

La Vierge dorée – « Sortie sans doute des carrières voisines d’Amiens, n’ayant accompli dans sa jeunesse qu’un voyage, pour venir au porche Saint-Honoré, n’ayant plus bougé depuis, s’étant peu à peu hâlée à ce vent humide de la Venise du Nord qui au-dessus d’elle a courbé la flèche, regardant depuis tant de siècles les habitants de cette ville dont elle est le plus ancien et le plus sédentaire habitant, elle est vraiment une Amiénoise. Ce n’est pas une œuvre d’art. C’est une belle amie que nous devons laisser sur la place mélancolique de province d’où personne n’a pu réussir à l’emmener, et où, pour d’autres yeux que les nôtres, elle continuera à recevoir en pleine figure le vent et le soleil d’Amiens, à laisser les petits moineaux se poser avec un sûr instinct de la décoration au creux de sa main accueillante, ou picorer les étamines de pierre des aubépines antiques qui lui font depuis tant de siècles une parure jeune. »

DSC03076DSC03075DSC03071

« En voyant monter vers le ciel ce fourmillement monumental et dentelé de personnages de grandeur humaine dans leur stature de pierre tenant à la main leur croix ; leur phylactère ou leur sceptre, ce monde de saints, ces générations de prophètes, cette suite d’apôtres, ce peuple de rois, ce défilé de pécheurs, cette assemblée de juges, cette envolée d’anges, les uns à côté des autres, les uns au-dessus des autres, debout près de la porte, regardant la ville du haut des niches ou au bord des galeries, plus haut encore, ne recevant plus que vagues et éblouis les regards des hommes au pied des tours et dans l’effluve des cloches, sans doute à la chaleur de votre émotion vous sentez que c’est une grande chose que cette ascension géante, immobile et passionnée. Mais une cathédrale n’est pas seulement une beauté à sentir. Si même ce n’est plus pour vous un enseignement à suivre, c’est du moins encore un livre à comprendre. Le portail d’une cathédrale gothique, et plus particulièrement d’Amiens, la cathédrale gothique par excellence, c’est la Bible. »

J’ai été subjuguée par la beauté de la cathédrale et j’espère que mes photos vous donneront envie de venir dans les Hauts-de-France ! Le texte La Bible d’Amiens de John Ruskin et traduit par Marcel Proust est disponible sur Gallica.

Album photos

Album photos #6 – Un week-end à St-Valery-sur-Somme

Un week-end en Baie de Somme

C’était le premier week-end d’avril dernier. Un besoin de s’évader et de changer d’air,  mais sans aller très loin. Pour ça, la Baie de Somme était l’endroit parfait. Direction Saint-Valery-sur-Somme, charmante ville médiévale qui offre une vue imprenable sur la Baie. Je n’ai pas pu voir les phoques (il y avait trop de brume) mais ça ne m’a pas empêchée d’apprécier ce petit séjour.

St-Valery, ville médiévale

C’est avec une douce impression de remonter le temps qu’on parcourt les ruelles de Saint-Valery. Guillaume le Conquérant et Jeanne d’Arc y sont passés : le premier, avant de partir à la conquête de l’Angleterre ; la seconde, prisonnière, y fut amenée de force avant de rejoindre Rouen. On regarde ses pieds avant de se promener la tête en l’air. Des pavés aux façades, tout nous rappelle le passé. La ville est un livre ouvert qui nous raconte notre histoire.

DSC02861 (2)DSC02862DSC02867 (2)DSC02869 (2)DSC02878 (2)DSC02899 (2)DSC02901 (2)DSC02903 (2)DSC02905 (2)DSC02908 (2)DSC02909 (2)

Vue sur la Baie

Mais le passé préservé n’est pas la seule richesse de St-Valery. La ville-haute permet de contempler la Baie de Somme. On ne pourrait se lasser de cette vue, tant elle donne l’impression d’avoir la baie à ses pieds. L’eau nous semble à la fois proche et lointaine. Le spectacle de la nature nous en met plein les yeux.

DSC02864 (2)DSC02875 (2)

Voyager dans le temps avec le train à vapeur

Après avoir quitté la ville-haute et s’être promené sur la digue jusqu’au port, un nouveau vestige du passé se dévoile : le train à vapeur. Ce train datant de la Belle époque relie Cagneux-sur-Mer à Le Crotoy, en passant par St-Valery-sur-Somme et Noyelles-sur-Mer. Le trajet est agréable et permet d’apprécier les paysages qui défilent lentement. Plus qu’un simple moyen de transport, le train à vapeur offre une balade hors du temps, et ravit les petits comme les grands.

DSC02838 (2)DSC02847 (2)DSC02840 (2)DSC02852 (2)DSC02929 (2)DSC02849 (2)DSC02941 (2)

Saint-Valery-sur-Somme est parfaite pour se ressourcer et se reposer. On oublie ses soucis du quotidien dans cette invitation au voyage dans le temps et l’espace. Et parce qu’un week-end ne permet pas de profiter de tout ce qu’offre la Baie de Somme, j’y retournerai volontiers en espérant avoir plus de chance pour voir ses célèbres phoques.

Album photos·Visites et rencontres

Album photos #5 – Visite de l’hôtel de Brienne, ministère de la Défense

DSC02666.JPG

Le 11 février, je suis allée visiter l’hôtel de Brienne, qui abrite actuellement le ministère de la Défense. Des services du ministère ont déménagé (dans un bâtiment moins classe, si vous voulez mon avis), mais le ministre a décidé de garder son bureau dans le bel hôtel particulier (et qui peut lui en vouloir ?). Le Centre des monuments nationaux a eu l’autorisation d’organiser des visites guidées (sur réservation) pour faire découvrir le bâtiment.

Un lieu chargé d’histoires

Bien qu’il ait été construit au XVIIIe siècle, l’hôtel particulier a une décoration fortement marquée par le Premier Empire (donc début XIXe siècle). Cela est dû au fait qu’il ait appartenu au frère de Napoléon, Lucien Bonaparte, puis à leur mère, Laetizia. En bon Bonaparte, ils ne connaissent pas le mot « sobriété », ce qui ne m’a absolument pas dérangée puisque j’adore le mobilier Premier Empire ! Le guide nous a d’ailleurs appris que Lucien dessinait lui-même des meubles (il s’ennuyait un peu). Pour la petite histoire, Lucien Bonaparte a été une figure importante du coup d’État de son frère, mais il a ensuite été disgracié pour avoir voulu faire un mariage non autorisé par Napoléon (un mariage d’amour, c’est une mauvaise idée).

A la Restauration, l’hôtel particulier n’appartient plus aux Bonaparte, qui font profil bas. Il devient propriété de l’État et abrite le ministère de la Guerre, puis le ministère de la Défense. Deux pièces témoignent de l’histoire du XXe siècle : le bureau de Clemenceau, que l’actuel ministre Jean-Yves Le Drian a voulu reconstituer en 2014 d’après des photos d’époque ; et le bureau du général de Gaulle. C’est impressionnant de voir les objets qui ont appartenu à ces hommes d’État, grandes figures de notre histoire. J’ai particulièrement aimé l’un des bureaux qui figurent dans la pièce de Clemenceau. On appelle ce bureau le « Daru », du nom de celui qui l’inventa sous le règne de Napoléon. Ce meuble imposant est démontable et a vécu la campagne de Russie. En 1812, alors que Napoléon et ses hommes veulent revenir en France après avoir séjourné dans une Moscou presque abandonnée, l’hiver s’abat sur l’équipée et rend le voyage périlleux et mortel. De nombreux hommes sont laissés mourant. Mais on ramène le meuble, à cheval… Ça nous donne une idée des priorités !

Notre guide était passionnant. Il est parvenu à présenter des informations générales et à s’arrêter sur des choses plus précises, notamment en ce qui concerne le mobilier. Les visites étant sur réservation, le nombre de visiteurs est limité, ce qui nous a permis de pouvoir nous déplacer facilement dans les pièces. C’est une visite que je recommande ! (pour les réservations, voir sur ce lien)

Si vous voulez avoir plus de détails sur l’histoire de l’hôtel particulier, je vous invite à lire l’article de Steph’, avec qui j’ai fait cette visite !

dsc02668

dsc02675

dsc02677

dsc02683

dsc02685

dsc02687

dsc02696

dsc02708

dsc02716
Le jardin – Sous l’Occupation, l’hôtel particulier n’a (étrangement) pas été réquisitionné par les Allemands et est resté inhabité. Les résistants en profitaient et se donnaient rendez-vous dans ce jardin

dsc02719

dsc02726

dsc02740
Le Daru, dans le bureau de Clemenceau
dsc02757
Le bureau de Clemenceau, reconstitué d’après des photos d’époque ; le ministre actuel y invite les hôtes de marque
dsc02755
Le bureau de De Gaulle

J’espère que mes explications et photos vous ont plu !

Je vous donne rendez-vous le 1er mars pour mon prochain article.

Album photos

Album photos #4 – L’Irlande

au-pays-du-leprechaun-1

Un besoin d’ailleurs, un besoin d’air frais. J’attendais le début du mois d’octobre avec une impatience folle. Et puis, bien sûr, je voulais voir Cécile. Pour accompagner mes photos, quelques souvenirs en vrac (fortement inspirés de Moka).

Sortir de l’aéroport et regretter de n’avoir pris qu’une veste et un foulard, avant de s’habituer doucement aux températures finalement pas si froides – Retrouver Cécile et découvrir son chez elle – Passer la première soirée dans un pub et faire un truc de touriste : boire une Guinness – Découvrir Cork la nuit – Se promener le long du fleuve – Parler de tout et de rien jusqu’à…tard.

Un English breakfast fait maison délicieux – Découvrir les paysages irlandais à travers les fenêtres du train – Un château qui fait très Game of thrones – Cobh – Voir la mer – L’air marin – Entendre les mouettes – Sentir le vent – Les cheveux dans les yeux – Écouter l’histoire du Titanic – Avoir la carte d’Annie McGowan, 17 ans, 3e classe, pendant la visite du musée – Découvrir qu’elle a survécu au naufrage – Aller voir le mémorial érigé en l’honneur des passagers du Titanic – Marcher la tête en l’air pour regarder les belles maisons colorées – Voir une petite fille rousse – Marcher, marcher, marcher. Et manger, of course – Visiter la cathédrale Saint-Colman – Voir la rue Crémieux version irlandaise – Apprendre par message que je suis diplômée – Retourner à Cork – Prendre son goûter en photo pour le poster sur Instagram « Je vais mettre hashtagchocolatchaud » – Se balader dans de petites rues – Faire quelques boutiques – Le soir, fêter mes bons résultats avec du porto et du cidre.

Marcher – Manger – Marcher – Regarder les devantures des commerces et des pubs – Profiter du soleil – Voir l’université de Cork et admirer sa partie ancienne – Avoir l’impression d’être quelques siècles en arrière – S’arrêter – Profiter – Parler – Se promener dans le quartier résidentiel – Les belles maisons colorées – Des demeures anciennes – Le passage obligé dans une boutique souvenirs – La tradition des cartes postales « Oh elle est moche, je vais la prendre » – Visiter la galerie d’art – Voir un portrait d’un chirurgien originaire de Cork ayant accompagné Napoléon à Saint-Hélène – Napoléon me poursuit, toujours – Goûtertime, encore – Aller dans une librairie et réussir l’exploit de ne rien y acheter – Passer une soirée très française en buvant du vin blanc – Et profiter encore de Cork la nuit – Admirer le fleuve qui reflète les lumières de la ville.

Se dire qu’on resterait bien quelques jours de plus – Dire au revoir à Cécile – Regarder les paysages qui se font de plus en plus petits – Se dire qu’on reviendra.

Cobh

Cobh

Cobh

Cobh

Cobh

Cobh

Mémorial du Titanic à

Cathédrale de Cobh

Cathédrale de Cobh

Cathédrale de Cobh

Cobh

Dans le train, de Cobh à Cork

CobhCobh

Cork

Cork

Cork

Cork

Cork

La galerie d'art de Cork

Galerie d'art de Cork

Université de Cork

Université de Cork

Cork la nuit

Cork la nuit

Album photos·Visites et rencontres

Album photos #3 – Le château de Fontainebleau

Le château de Fontainebleau

En juillet dernier, j’ai visité pour la 3e fois (ou 4e ? je ne sais plus) le château de Fontainebleau. Ce que j’aime avec ce château, c’est que même après plusieurs visites, je découvre toujours de nouvelles choses, des détails qui n’avaient pas attiré mon regard la fois précédente. Et pour cette dernière visite, avec Steph (du blog Temps H, qui a fait un article détaillé de notre visite) nous avons enfin pu visiter les petits appartements ! On ne peut les voir qu’en visite guidée et pour la première fois, après plusieurs échecs, nous avons réussi à les visiter. Nous n’étions que trois pendant cette visite guidée, et ce fut un vrai plaisir. Le guide était passionné et nous racontait plein d’anecdotes. Les petits appartements étaient les vrais lieux de vie des monarques. Ces-derniers montraient l’étendue de leurs richesses à leurs visiteurs dans les grands appartements. La décoration des petits appartements est donc beaucoup moins fastueuse et on a vraiment l’impression de découvrir l’intimité des monarques lorsque nous les visitons (voir les deux dernières photos d’intérieur). Mais ce que j’aime par dessus tout dans le château de Fontainebleau, c’est cette impression de traverser les siècles de pièce en pièce. De François Ier à Napoléon III, les monarques et empereurs ont vécu plus ou moins longtemps dans ce château et y ont apporté leur touche. Le château fut même une résidence d’été des présidents de la IIIe République. C’est donc un immense livre d’histoire que je vous propose de découvrir en quelques photos.

Le château de Fontainebleau

Le château de Fontainebleau

Le château de Fontainebleau

Le château de Fontainebleau

dsc00913

Salle de bal du château de Fontainebleau

Le château de Fontainebleau

Le château de Fontainebleau

Salle du trône de Napoléon au château de Fontainebleau

Le château de Fontainebleau

Le château de Fontainebleau

Les petits appartements au château de Fontainebleau

Les petits appartements au château de Fontainebleau

Le château de Fontainebleau

Avez-vous déjà visité ce château ? Qu’en avez-vous pensé ?

Autre château : Album photos #2 – Le château d’Ecouen

Album photos·Visites et rencontres

Album photos #2 – Le château d’Ecouen

Situé dans le Val d’Oise, à une vingtaine de kilomètres de Paris, le château d’Ecouen a été construit à partir de 1538. Son premier propriétaire est Anne de Montmorency, connétable de France (c’est-à-dire chef des armées) et ministre de François Ier et Henri II. Le château est devenu le musée national de la Renaissance suite à une décision d’André Malraux. C’est donc par son architecture et par sa collection d’arts décoratifs que ce château nous fait voyager à l’époque de la Renaissance.

Château d'Ecouen

Château d'Ecouen

 

Château d'Ecouen

Château d'Ecouen

Château d'Ecouen

Château d'Ecouen

Château d'Ecouen

Château d'Ecouen

Château d'Ecouen

Autre château : Album photos #3 – Le château de Fontainebleau ; Le château de Saint-Germain-en-Laye

Album photos·Visites et rencontres

Album photos #1 – Reims

Je suis allée pour la première fois visiter Reims en avril dernier. Surtout connue pour être la ville de sacre des rois de France, Reims a aussi été marquée par les deux conflits mondiaux. La ville est un véritable livre d’histoire. Détruite à 80% pendant la Première Guerre mondiale, elle fut reconstruite dans le style art-déco. Reims fut aussi importante pendant la Seconde Guerre mondiale puisqu’elle a été le siège du quartier général d’Eisenhower. C’est là qu’a été signée la capitulation de l’Allemagne nazie le 7 mai 1945 (et non le 8 mai !)

J’ai consacré ma journée à Reims à des visites culturelles : le musée de la Reddition ; la cathédrale ; le Palais du Tau ; le musée des Beaux-arts ; l’ancienne abbaye Saint Remi transformée en musée ; et la basilique Saint Remi.

Le Musée de la Reddition

Située dans un ancien collège, la salle où fut signée la capitulation de l’Allemagne nazie a été conservée dans son état d’origine. Le musée présente également de nombreux objets et costumes liés à la Seconde Guerre mondiale.

DSC00331

DSC00319DSC00321

La cathédrale

Datant du XIIIe siècle, la cathédrale fut le lieu de baptême de Clovis puis du sacre de la majorité des rois de France. Sa façade compte pas moins de 2033 statues !

DSC00368DSC00373DSC00448

Le Palais du Tau

Résidence des archevêques de Reims depuis le XIIe siècle, le palais du Tau abrite désormais le musée de l’oeuvre de Notre-Dame. Si vous aimez les trésors, n’hésitez pas, vous ne serez pas déçus !

DSC00454DSC00458

Le Musée des Beaux-arts

Il se situe dans l’ancienne abbaye Saint-Denis. La collection, qui va du XVIe au XXe siècle, est très dense. Une seule déception : l’interdiction de prendre des photos dans la salle XXe qui comporte des oeuvres Art nouveau, style que j’adore.

Le Musée historique Saint Remi

Les bâtiments de l’ancienne abbaye datent des XVIIe et XVIIIe siècles. Ils abritent des collections sur l’histoire de la ville, de la Préhistoire à la Renaissance. Si j’ai apprécié découvrir les collections, ce sont surtout les lieux qui m’ont éblouie.

DSC00516DSC00517DSC00535

La basilique Saint Remi

Construite vers l’an mil, la basilique abrite les reliques de Saint Remi, l’évêque qui a baptisé Clovis.

DSC00554DSC00560

Ce fut une journée bien chargée, mais j’ai beaucoup aimé toutes les visites que j’ai faites. (un grand merci à ma guide, Lisa, si jamais tu passes ici). Il faisait malheureusement un peu frais, donc je n’ai pas profité de la ville en elle-même, mais c’est une bonne excuse pour y retourner, d’autant plus que j’aimerais visiter les caves et faire quelques dégustations. Reims est une ville très agréable, avec beaucoup d’endroits à découvrir. Elle offre une plongée passionnante dans l’histoire et ravira tous les curieux.

Pour en savoir plus et/ou préparer votre visite, je vous recommande le site internet Reims-Tourisme.

Autre ville : Album photos #6 – Un week-end à St-Valery-sur-Somme